• Animal1st

FREE THE MBR BEAGLES FRANCE

Dernière mise à jour : 22 nov. 2021

​ Tous les jours, des gens passent devant cet endroit où l’on sort du chiot à la chaîne pour les torturer et vendre les survivants, entre un Bricomarché et un McDonalds, où l’on peut d’ailleurs aussi s’acheter des morceaux de vaches, de cochons ou de poules qui viennent du même type d’endroit que celui-ci, des camps de concentration pour animaux, où ils ne sont que pour la seule et unique raison qu’ils ne sont pas de la même espèce que nous. Et l’on se demande encore pourquoi ce monde va si mal. Comment espérez-vous y voir un semblant de justice, alors que des lieux comme celui-ci existent encore, et que de nouveaux se construisent même chaque jour ? ​ Ici on n’élève pas, on condamne. Ces chiennes et ces chiots ne connaîtront que le béton sous leurs pattes. Un sol de béton, couvert de pisse et de merde, même avec un accès à l’extérieur, semblable à la cour de promenade des prisonniers. Mais ces animaux-là n’ont rien fait de mal, condamnés d’office, avant même le jour de leur naissance, coupables de ne pas être humains. Condamnés à ingérer du détergent, des pesticides, ou à contracter des pathogènes mortels, tout ça pour assurer la sécurité sanitaire de l’espèce de leurs tortionnaires. MBR est par exemple très fière de communiquer sur le fait que des vaccins contre le Covid19 aient été testés sur des chats et des furets. C’est-à-dire que pour sortir notre espèce d’une pandémie – très probablement une zoonose d’ailleurs – on a d’un côté exterminé des millions de visons, à l’origine mis au monde pour leur prendre leur peau, car suspectés de faire muter le virus, et de l’autre, mis au monde des milliers de furets pour les contaminer volontairement avec le virus, pour NOUS permettre de tester nos traitemens sur eux. Bienvenue dans ce monde où si vous n’êtes pas de l’espèce humaine, vous perdez à tous les coups... Dans ce monde où l’on ne vous donne la vie que pour vous prendre quelque chose en retour. ​

Un numéro dans l’oreille à la naissance, un numéro sur le crâne pour vos expériences. Ici, on arrache des enfants à leur mère pour les torturer. On leur apprend à se laisser empoisonner sans résister, déjà génétiquement prisonniers de leur impuissance imposée. Ces chiots finiront dans des seaux avant même les labos, ou bien la peau brûlée, les yeux dissous, la trachée perforée, l’estomac rongé par l’acide, et ceux rendus myopathes dès la naissance s’étoufferont dans leur bave dans les sous-sols de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, grâce, peut-être, à l’argent du Téléthon… Voilà ce qu’autorise la loi dans nos sociétés. Mais ce sont celles et ceux qui enfreignent ces lois, en exigeant plus de justice, qu’il faudrait marginaliser et enfermer ?! Plutôt que ces gens, qui vendent l’innocence et la servitude aux plus offrants ? Ce n’est pas de la science, c’est de la violence. Et peu importe vos connaissances, il y a autre chose que vous devriez apprendre de vos expériences. La honte, et la repentance. Nous avons déjà connu une période de notre Histoire, où on gardait des individu·es dans des camps, où on leur tatouait un numéro, on les sélectionnait selon leurs gènes, et on leur infligeait tout un tas d’expériences monstrueuses… Mais on ne l’a découvert que plus tard. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. On SAIT ce qui se passe derrière ces grilles ! Est-ce-que cette fois, on va continuer à passer devant sans rien faire et continuer tranquillement notre vie ? ​ L’élevage pour l’expérimentation animale est une activité bien cachée, très peu contrôlée, mais surtout très lucrative. Mais ici à Gannat, MBR se cache à peine. Une usine à chiot en pleine zone commerciale… Comme si c’était normal. Comme si ça n’allait choquer personne. Comme s’ils n’allaient JAMAIS être dérangés ! Et comment leur donner tort ? La dernière protestation qui leur faisait face, c’était en 2013, et il y avait plus d’italiens que de français… Est-ce-que vous voulez vraiment faire durer leur impunité encore longtemps ?! À l’heure où nous devrions déjà être sorti de l’expérimentation animale, l’élevage de Gannat cherche à s’agrandir. Celui de Mézilles voulait aussi s’agrandir. Celui de Green Hill voulait doubler le nombre de chiens. Le nombre d’animaux utilisés en laboratoires a quasiment doublé entre 2005 et 2015 ! On continue d’agrandir la taille des fermes de la honte, comme on cherche à « moderniser les abattoirs ». Comme si l’exploitation animale était toujours un bon filon, et absolument pas à remettre en question. Mais où est donc cette fameuse prise de conscience dont tout le monde nous parle ? ​ Nous en appelons à la responsabilité de la maire de Gannat, Madame Véronique Pouzadout, à la députée de la 3ème circonscription de l’Allier, Madame Bénédicte Peyrol, pour faire fermer le site MBR de Gannat et délivrer tous les animaux qui en sont prisonniers, ainsi qu’à la responsabilité de tous les dirigeants politiques français, européens et mondiaux, pour acter immédiatement la fin de toute expérimentation animale et la transition vers les alternatives qui existent déjà. L’avenir de ces chiens, chiennes et souris à l’intérieur, dépend peut-être de ce qui va se passer aujourd’hui ou les jours suivants, ici ou en Angleterre. Depuis 2 mois MBR subit le siège du mouvement Free the MBR beagles. Aujourd’hui nous sommes à Gannat. Demain, d’autres seront à Auxerre pour faire fermer Mézilles. De l’autre côté de la Manche encore, le groupe Animal Rebellion va entrer dans sa 3ème semaine d’action et de blocages. Car, si contrairement à ce qu’on pourrait penser, la situation n’a jamais été pire pour les victimes du spécisme, quelque chose est en train de gronder. Une révolte, une rébellion, une résistance animaliste, et VOUS en faites partie ! Aujourd’hui pour les beagles de Gannat, demain pour ceux de Mézilles, depuis 2 mois pour ceux d’Huntingdon ! Presque 10 ans après ceux de Green Hill en Italie, on ne peut pas, on ne doit pas laisser tomber ! Rien ne changera sans vous ! Ils ne seront jamais libres sans VOUS ! ​ Nous animalistes, abolitionnistes, antispécistes, avons toute notre place ici aujourd’hui. Il n’est pas que question d’animaux de laboratoire. L’Élevage global d’aujourd’hui n’est que le fruit de l’expérimentation animale. Vaches laitières Prim’Holstein, taureaux Bleu Blanc Belge, oiseaux à croissance rapide, lapins Orylag… Ils sont TOUS génétiquement modifiés. Et ici à Gannat, c’est l’Élevage qui fournit l’expérimentation animale. Voilà la boucle bouclée. Car si aujourd’hui nous nous révoltons pour les chiens victimes de Marshall BioResources, demain nous continuerons de nous révolter pour TOUS les autres animaux, qui suivent EXACTEMENT le même schéma qu’eux. Transformations génétiques, situation concentrationnaire, tortures inhérentes à l’Élevage, et ce pour un objectif final encore plus inutile. Ils doivent TOUS être libérés. MBR Pour eux c'est l'enfer, Pour vous ce sera la guerre. ​ Collectif Animal1st, 3 Septembre 2021



121 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout